Les Parcs Nationaux Francais et la Recherche

Les Parcs nationaux français = partenaires de la recherche scientifique

Les parcs nationaux constituent des territoires d’expérimentation et de recherche privilégiés, notamment dans le cadre du suivi de la biodiversité et du changement climatique.

Le réseau des 10 parcs nationaux couvre 51 373 km2, soit près de 8% du territoire terrestre français (métropole et DOM). Ils comportent une grande variété d'ecosystemes terrestres et marins, dans des contextes biogéographiques très variés : formations des étages d’altitude des Alpes et des Pyrénées, moyenne montagne méditerranéenne agroforestière, forêts tropicales des plateaux amazoniens, forêts tropicales océaniques étagées sur volcans actifs, mangroves et récifs coralliens des Antilles, mer et littoral méditerranéens.

Cette situation permet de réaliser des recherches:

  • Des recherches correspondant à des situations particulières (ex : processus de spéciation au sein de populations isolées..),
  • Des recherches transversales sur l’ensemble des parcs et dans un ensemble de contextes (ex : mise en évidence des changements globaux)
  • Des études et suivis de très longue durée sur les "sites de référence pour la recherche" des parcs nationaux.

Les recherches accueillies peuvent bénéficier, au sein des parcs, de l’appui privilégié :

  • de l'appui privilégié des chefs des services scientifiques et des chargés de mission des parcs nationaux, qui peuvent contribuer à la consolidation de collaborations ou partenariats : formulation de questions de recherche, ainsi que récolte, traitement, interprétation et la valorisation des données. Mais aussi des agents de terrain : connaissance approfondie du territoire, compétences naturalistes pointues
  • de la mise à disposition d’inventaires, de bases de données sur différentes composantes et des séries longues et/ou spatialement homogènes d’observations réalisées dans le cadre de protocoles de suivi.
  • d'un appui logistique (hébergement, participation des agents de terrain aux observations…)
  • d'une aide à la valorisation (Conseils scientifiques, édition, etc)
THEMATIQUES DE RECHERCHE PRIORITAIRES AU SEIN DES PARCS

Les thématiques de recherche prioritaires ont été définis dans le cadre de la Stratégie scientifique du Réseau des PNF 2015-2025. Voir document joint en téléchargement.

Trois grands domaines thématiques ont été identifiéset sont à approfondir ensemble de manière équilibrée : Patrimoines naturels, culturels et paysagers des parcs

  • Poursuivre les inventaires de divers groupes taxonomiques et les suivis de socio-écosystèmes, habitats ou espèces  (distribution, abondance et tendances d’évolution, etc.)
  • Développer des recherches sur la diversité génétique et l’épigénétique
  • Approfondir l'étude patrimoine culturel (archéologie, bâti, langues, rites, etc) et les paysages

   Fonctions et Dynamiques des territoires

  • Comprendre les dynamiques naturelles et anthropiques à l’origine de l’évolution des socio-écosystèmes (géologie, climat, homme)
  • Approfondir les concepts de solidarité écologique et de services écosystémiques

    Changements globaux 

  • Comprendre et suivre les processus liés aux changements d’usage des sols, à la raréfaction des ressources, au climat, aux espèces envahissantes…
  • Mettre en place une réflexion prospective sur l'adaptation des socio-écosystèmes aux changements globaux.
MILIEUX D’ETUDES PRIORITAIRES
  • Pâturages et pelouses d’altitude (en lien avec les agrosystèmes pastoraux)
  • Lacs d’altitude et complexes humides associés
  • Glaciers
  • Zones humides
  • Forêts tropicales
  • Mangroves
  • Herbiers marins
  • Coralligène
  • Massifs coralliens

SONDAGE SUR LES RELATIONS PARCS NATIONAUX -COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE CEMEB

Galerie photo